Critiques

Cette page présente plusieurs extraits de critiques et discours.
Pour chacun d’entre eux, accédez à l’intégralité du texte d’un simple clic.

« Michel Lévy, qui se méfie à raison de l’esthétisme pour l’esthétisme, a aujourd’hui élevé la réflexion au même niveau que son inspiration, le tout servi par une technique devenue merveilleusement évidente. »

Article de Michel Prigent ‘les deux passions de Michel Lévy’ (La République)

« Rien n’est jamais acquis à l’homme, tout en perpétuel devenir. Les sculptures de Michel LEVY nous racontent l’histoire d’une quête. Si l’on a souvent parlé de dualité à propos de son œuvre, c’est sans doute parce que LEVY est parti à la recherche de l’unité originelle, tentant précisément de concilier les différents aspects de la nature humaine. »

Article de Anne-Julie Bemont ‘Michel Lévy, l’œuvre et la légende’ (Univers des Arts)

« Miracle de la sculpture, miracle de l’illusion optique, qui permet de voir des volumes là où le sculpteur joue avec la lumière pour nous offrir le rêve extrême. »

Article de Léon Abramowicz ‘Le cantique de bronze’ (L’Arche)

« On le voit chez Michel Lévy, rugosité et poli, ombre et lumière, calme et mouvement, matériel et spirituel… tout est dualité comme dans le reste de son œuvre d’ailleurs. Et tout est pensé…avec un tel naturel ! »

Article de Annette Gélinet ‘Entre Saint-Méry et Blandy-Les-Tours, au milieu des bois, la rencontre d’un sculpteur contemporain et d’une chapelle restaurée’ (Notre département)

« Les sculptures de LEVY sont comme des idoles, des dieux d’un monde bouillonnant où l’on oublierait l’esthétisme pour n’exprimer que la vérité qui n’est ni entièrement belle ni entièrement laide : elle est. Cette vérité, il l’exprime d’une façon confondante, abolissant les barrières et nous forçant à prendre conscience de la réalité de notre personnalité, bringuebalée par une vie où les paramètres sont pour le moins fluctuants. »

Article de Patrice de Perrière ‘Au-delà du seul esthétisme, le Vrai’ (Univers des arts)

« Des œuvres de Michel LEVY se dégage toujours l’étrange magie d’un secret. Au-delà de la force et de la splendeur des formes, elles nous entraînent à la recherche d’une vision intérieure qui demeure. »

Discours de Pierre-Christian Taittinger, ancien ministre et maire du XVIe arrondissement de Paris ‘Michel Lévy, le temps et la vie’

« Michel utilise le feu et l’airain pour donner vie à la réalité qui l’habite. Ses doigts amoureux obéissent à son regard, et sculptent de lumière et d’ombre les formes qui le hantent. Pudiques et sereines, elles semblent surgir d’un rêve pour illustrer un mythe. La vérité de ses personnages nous pénètre par l’harmonie des corps. Ils surgissent d’une lumière dont ils sont le fruit. »

Préface pour l’œuvre de Michel Lévy, par André Chouraqui

« C’est avec une implacable lucidité sur les apparences que Michel Lévy regarde la complexité du monde. Forgeant sa propre vision, il transcrit les déchirures et les harmonies humaines dans un geste mêlé d’intransigeance et d’élégance. »

Article de Françoise de Céligny ‘Michel Lévy, la réalité de l’invisible’ (Univers des Arts)

« Ce n’est pas par hasard si le gigantesque disque de bronze qui accueille ici le visiteur porte le nom de « dualité ». Ce mot seul résume le tempérament d’un des plus talentueux sculpteurs de sa génération, déchiré entre classique et baroque, sexe et âme, vie et mort, grotesque et sublime, bien et mal ou équilibre et chute. Et c’est précisément cette déchirure qui fascine. »

Marc Herisse (Gazette de l’Hôtel Drouot)

« Ainsi, j’aurai rencontré, pendant mon séjour seine et marnais, un homme de culture, de conviction qui bout d’un feu intérieur que ses ciseaux maîtrisent, qui transforme l’argile en bronze comme la pierre philosophale transformait le plomb en or, et qui fait d’un vulgaire matériau un grand-œuvre. Un artiste comme vous ressemble à un alchimiste, qui, avec des débris d’Humanité conçoit un poème de métal qui illustre la capacité humaine à passer de la glaise à la lumière. »

Discours de remise de la croix de chevalier des arts et lettres par M. Jacques Barthelemy, préfet de Seine et Marne (Melun, 25 mars 2006)